EDITO 6 : Forza Stamina

Portofino, dans le nord-ouest de l’Italie. Sur une place du village baignée par un soleil printanier encore faiblard, des jeunes écoutent sagement une vieille dame en formant un demi cercle autour d’elle. Montés sur vespas et cintrés dans leur sweat Dolce & Gabanna la jeunesse n’avait d’yeux que pour cette vieille dame qui symbolisait la mama italienne à mes yeux. Un peu comme dans la chanson d’Aznavour. Voyant ce spectacle qui contraste assez radicalement avec les activités que propose cette bourgade jadis paisible, je décide d’y faire une halte. Je me rapproche discrètement de l’assemblée. Mon italien étant limité à des expressions caricaturales comme « Ciao bella » ou « Al dente » je ne pus saisir les propos qui avaient l’air d’enthousiasmer le jeune audimat.

Toute fois cette scène est restée gravée en moi comme une métonymie très fidèle de l’Italie. Ce contraste permanent entre le moderne et le traditionnel me sautait à présent à la figure partout ou je portais mon regard. Je redécouvrais un pays loin de Pitti Uomo – la grande messe de la mode masculine italienne – qui était pourtant mon but principal lors de ce voyage. Je me rends compte que la ville de Portofino toute entière qui ressemble à un port à yacht pour milliardaires au premier abord, n’échappait pas à cette analyse elle non plus. Le tourisme luxueux de l’endroit était une antithèse des piazzas du village comme celle où cette mama sermonnait la jeunesse.

Life is beautiful

C’est ça l’Italie ! Un enchevêtrement de calques complètement hétéroclites. On n’y comprend rien si on ne prend pas le temps de saisir le sens de cet équilibre subtil et vital pour l’essor du pays. Les plus grandes marques italiennes – même celles qui sont à la pointe de la technologie comme Ferrari – revendiquent furieusement leur origine traditionnelle. Ce qui ne manque pas d’ailleurs de les distinguer de leurs concurrents dans le bon sens du terme. A croire que cette caution d’authenticité additionnée au savoir faire moderne était le secret de la réussite transalpine…

Quoi qu’il en soit une question se pose. Est-ce ce mélange d’équilibre qui donne une élégance irrésistible à tout ce qui est italien ? Je ne saurais vous dire…mais pendant ce mois d’avril nous allons plonger au cœur de l’Italie pour en extraire le stamina italien (l’énergie) afin d’en prélever tout le suc et s’en délecter jusqu’à la dernière goutte. Forza Stamina !

 

cywane

Laisser un commentaire